La fatigue liée au stress

La fatigue est le premier signe indiquant que l’organisme est sous l’influence du stress.

Des mécanismes permettant une adaptation qui tarde ou qui ne se fait pas entraîne inexorablement un état de fatigue, voir un épuisement général. Cet épuisement général pouvant aboutir au burn-out ou la dépression ouvrant les portes aux diverses maladies.

Le stress

Nous savons que le stress est un « syndrome général d’adaptation » selon Hans Selye. Si la phase d’adaptation en réponse d’un stimulus s’opère en moins d’une heure, un retour à un certain équilibre permet à l’organisme de retrouver une certaine homéostasie. Dans le cas où l’organisme est soumis à un stress dépassant une heure, sans aucune adaptation, les réponses physiologiques perdurent et au delà d’un mois l’organisme s’épuise.

Le stress diminue la sécrétion de mélatonine et de neurotransmetteurs, il inhibe également les fonctions de lymphocytes et des monocytes, d’où déficience immunitaire.

Le stress est énergétivore, destructeur de nutriments, vitamine C, Magnésium…

Le stress prolongé affaiblit ainsi l’organisme, provoquant des dysfonctionnements cardiaques, digestifs, immunitaires…

Le système neuro-végétatif

Le système neuro-végétatif, ou autonome, est constitué du système nerveux sympathique et du système nerveux parasympathique, qui fonctionnent l’un par rapport à l’autre.

Ce système assure le fonctionnement des viscères, de la respiration, de l’élimination, de la digestion, de la circulation, du rythme cardiaque, de l’équilibre acido-basique, de la température et de la pression sanguine.

Il produit l’énergie et agit dès la phase d’alarme, lorsque le stress ne dépasse pas une heure, en produisant les catécholamines, (adrénaline, noradrénaline, cortisol). Il régule la pression sanguine par vasoconstriction et vasodilatation.

Il augmente la quantité d’oxygène et de glucose sanguin, assurant une sur irrigation du cerveau, des muscles, (cœur), et provoque une accélération du rythme cardiaque pour  »combattre ou fuir ».

Le système sympathique

En phase de stress l’axe hypothalamus-hypophyse-glandes surrénales (HPA) s’active, entraînant la sécrétion de l’hormone CRH, (adrénocorticotrophine),  augmentant la glycémie, la pression artérielle et la production de cortisol.

Le système parasympathique

Le système parasympathique est quant à lui actif lorsque l’organisme est au repos, et en phase de récupération. Il  alimente, permet de métaboliser et restaure l’énergie.

Conclusion

Tant que l’organisme ne s’adapte pas aux éléments stresseurs, le système sympathique reste actif, ne permettant pas à l’organisme via le système parasympathique de récupérer. Lorsque le stress atteint la phase d’épuisement, cela signifie que le système sympathique s’épuise à cause d’un fonctionnement continu, et le système parasympathique devient hyperactif, ne pouvant plus assurer son fonctionnement de base dont la restauration d’énergie.

Une conduite de gestion du stress est à mettre en place dès que le stress dépasse une heure. Des techniques de  respiration comme la cohérence cardiaque sont à utiliser.

>>>>>Voir l’article sur la cohérence cardiaque<<<<<

Lors de gros traumatismes, de stress à répétition provoquant des compulsions ou addictions, la libération des origines des diverses perturbations sont possibles grâce à l’EFT.

>>>>>Voir l’article sur l’EFT<<<<<

Des liens :

– Séances EFT en ligne => Cliquez ICI

– Formations EFT => Cliquez ICI

Cet article vous a plu !

Continuez la lecture en vous inscrivant gratuitement à ma Newsletter

Vous recevrez en cadeau mon Guide Numérique  

« Pourquoi et Comment Faire du Stress son Allié? »

pour découvrir

Ce qu’est réellement le stress

 Les 3 niveaux pour une parfaite gestion du stress

Vos potentiels pour répondre aux situations de stress

Inscription et Téléchargement de Mon Guide Gratuit ICI

>>>Chers lecteurs, je vous remercie d’avoir lu cet article et je vous invite à le partager et à me laisser un commentaire ci-dessous. Quelques mots suffisent<<<

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.