Les vertus de la « ronronthérapie »

Heureux sont les propriétaires d’un chat !

Si le chien est considéré comme le meilleur ami de l’homme, le chat n’est-il pas le meilleur calmant de l’homme ?

Des études attestent des bienfaits des ronronnements des félins!

Un véritable médicament

Une étude* a pu vérifier la diminution du risque de décès dû à l’infarctus du myocarde et à toutes les maladies cardiovasculaires, (y compris les accidents vasculaires cérébraux), chez les personnes possédant des chats.

Une autre étude** explique l’intérêt des chats chez les personnes âgées. 82 % des personnes reconnaissent se  sentir mieux, moins tristes, grâce à son animal de compagnie.

Les enfants autistes*** plébiscitent également le chat, ils sont plus réceptifs aux échanges en leur compagnie.

Le chat émet des fréquences basses comprises entre 20 et 50 hertz lorsqu’il ronronne.  Les musiciens utilisent ces  fréquences pour susciter une émotion, dans un film par exemple.

Les vibrations émises par le ronronnement du chat activent la production de la sérotonine et de l’endorphine, les hormones de l’apaisement et du bien-être.

Le chat agit comme un anxiolytique mais également comme un antalgique sur une douleur physique en détournant l’attention.

Se connecter au ronronnement de son chat, le caresser, avoir la joie de partager sa vie avec lui contribue à réduire la prise médicamenteuse.

Pourquoi le chat ronronne ?

C’est d’abord pour sa propre santé que le chat ronronne, il crée ces vibrations lorsqu’il est paisible mais aussi lorsqu’il est lui-même stressé. Cependant il est raisonnable de penser qu’il émet des ronronnements lorsqu’il sent un mal-être dans son entourage…

Cet article vous a plu!

Continuez la lecture en vous inscrivant gratuitement à ma Newsletter

Vous recevrez en cadeau mon Guide Numérique  

« Pourquoi et Comment Faire du Stress son Allié? »

pour découvrir

Ce qu’est réellement le stress

 Les 3 niveaux pour une parfaite gestion du stress

Vos potentiels pour répondre aux situations de stress

Inscription et Téléchargement de Mon Guide Gratuit ICI

>>>Chers lecteurs, je vous remercie d’avoir lu cet article et je vous invite à le partager et à me laisser un commentaire ci-dessous. Quelques mots suffisent<<<

.

* Adnan I Qureshi, Muhammad Zeeshan Memon, Gabriela Vazquez and M Fareed K Suri, Cat ownership and the Risk of Fatal Cardiovascular Diseases. Results from the Second National Health and Nutrition Examination Study Mortality Follow-up Study. Journal of Vascular and Interventional Neurology, janvier 2009.
**A.H. Kidd, B.M. Feldmann, Pet ownership and self-perceptions of older people, Psychol.Rep., juin 1981.
***Marine Grandgeorge, Sylvie Tordjman, Alain Lazartigues, Eric Lemonnier, Michel Deleau, Martine Hausberger, Does Pet Arrival Trigger Prosocial Behaviors in Individuals with Autism?, Aout 2012
Please follow and like us:
0
fb-share-icon4042

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.